17/04/2015

Remise du Prix Ulysse du premier roman à Georgia Makhlouf

 

Vendredi en fin d'après-midi, dans la salle des congrès du théâtre, Michèle Chailley-Pompei et Martine Cometto recevaient Georgia Makhlouf venue présenter son roman "Les absents" pour lequel elle est lauréate du Prix Ulysse décerné dans le cadre du festival Arte Mare. La comédienne Marie-Joséphine Susini (Zouzou) a lu pour le plus grand plaisir du public, des extraits de ce très beau livre.

 

Bastia : Remise du Prix Ulysse du premier roman à Georgia Makhlouf
Martine Cometto a précisé que la compétition avait été féroce car les livres pré-sélectionnés étaient tous de très grande qualité. Ce roman "Les absents" a été récompensé et pour son fond et pour sa forme qui est très originale et inhabituelle. La narratrice retrouve des carnets d'adresses et à partir de là lui  reviennent en mémoire des souvenirs, des histoires, des galeries de portraits. Une partie du livre concerne le Liban et l'autre partie est consacrée à Paris.
Georgia Makhlouf a tenu à dire que ce livre est vraiment un roman et pas une autobiographie. C'est réellement un travail de fiction qui est inspiré d'un matériau autobiographique. Beaucoup de gens peuvent se reconnaître au travers des pages car tout est vrai. Pour résumer, on pourrait dire que ce livre est "l'autobiographie d'une génération". Génération très particulière car elle est celle des gens qui étaient adolescents pendant la guerre du Liban. Ce qui fait que nombreux sont ceux qui se retrouvent dans ce livre.
Michèle Chailley-Pompei constate qu'au début du roman on voit apparaître une société libanaise qui semble assez frivole et bourgeoise. Ce à quoi, Georgia Makhlouf répond, qu'il s'agissait en fait d'une société qui n'était pas préparée à être entraînée dans une spirale de violence. Lorsque la guerre civile s'est abattue brutalement sur le Liban, tout le monde a été dépassé. Les familles libanaises connaissaient une certaine douceur de vivre et la prospérité jusqu'en 1975.
Dans ce roman on retrouve des drames, mais aussi des situations où l'humour est présent, surtout d'ailleurs dans la partie consacrée à Paris. Le lecteur est aussi confronté à l'exil. La narratrice se retrouve même exilée dans son propre pays, le Liban, après la mort de la petite bonne de la famille (Saydé), et est après exilée de fait à Paris où pourtant elle pensait que l'intégration serait aisée tant elle était proche de la culture française, maitrisant d'ailleurs un français parfait qu'elle parle sans le moindre accent.  Au Liban, elle subit la guerre civile et à Paris elle est confrontée à une guerre administrative.
Un livre fort, mené par une narratrice très nostalgique. Un roman que les différentes intervenantes de vendredi ont su faire apprécier au public. Un livre qui a été très bien présenté par son auteure. Un beau texte à découvrir c'est certain et un roman qui mérite bien d'être distingué.


"Les absents", quatrième de couverture
"Entre Beyrouth et Paris, la narratrice nous livre le récit d'une vie commencée sous les auspices d'une enfance heureuse, avant d'être brutalement brisée par la guerre et l'exil. Elle le fait à travers les portraits de ceux qu'elle nomme "Les absents", personnages qui ont croisé son parcours à différents moments et ont disparu. Leurs noms ont figuré un temps dans un carnet d'adresses , puis ont été biffés ou effacés au gré des circonstances, des brouilles, des disputes, des changements d'itinéraire, des décès.
On s'aperçoit au fil des pages que ces portraits entretissés, toujours vivaces et précis, dessinent au négatif l'image volatile de celle qui les brosse, hantée par une absence à soi qui se nourrit des vertiges de la mémoire.
Car loin de toute confession anecdotique, c'est bien du lien ténu entre les êtres, à la fois incarné et immatériel, dont nous parle ce roman qui défie les lois admises de l'autobiographie."
Editions Payot & Rivages

Un extrait lu par Marie-Joséphine Susini

Bastia : Remise du Prix Ulysse du premier roman à Georgia Makhlouf
SAYDE : "D'elle, je ne peux pas parler. Les années ont passé mais le silence, le noeud à l'estomac, la voix qui s'étrangle, tout cela qui est la trace en moi de sa disparition est resté intact et les mots pour l'évoquer ne sont jamais revenus. Son absence a laissé de grands trous noirs dans mes souvenirs, puis le temps a passé, une couche de poussière s'est formée, s'est épaissie dans les coins, a estompé les reliefs et remplacé la douleur par une forme d'insensibilité à certains stimuli, comme lorsqu'un membre est durablement anesthésié. Une zone de ma mémoire dont le contour reste flou est frappée d'amnésie, amnésie que je sais fragile et vers laquelle je ne cherche que rarement à m'aventurer.
D'elle, je ne peux pas parler mais il m'arrive encore de me réveiller en sursaut la nuit parce que je la vois à côté de moi. (...)
D'elle, je ne sais pas parler. Son départ a laissé dans mes murs criblés la trace d'éclats de balles, et ces murs, témoins muets d'un drame sur lequel je n'ai jamais mis de mots, sont en ruine pour toujours..."

Georgia Makhlouf en bref

eorgia Makhlouf  est l'auteur de plusieurs ouvrages : "Les hommes debout, dialogue avec les Phéniciens", "Eclats de mémoire, Beyrouth", "Les grandes religions", "Les écouter écrire", "Le goût de l'Orient".
Elle a également écrit des poèmes et des textes pour la jeunesse.
"Les absents" qui est son premier roman a été couronné par le Prix Senghor, le 24 octobre 2014, lors du Salon de la Plume Noire, et maintenant par le Prix Ulysse dans le cadre du Festival Arte Mare.
Correspondante à Paris de l'Orient Littéraire, Georgia Makhlouf a également rédigé des chroniques pour le Magazine Littéraire. Elle est membre fondateur et présidente de Kitabat, association libanaise pour le développement des ateliers d'écriture.
Elle partage sa vie entre Paris et Beyrouth

Les commentaires sont fermés.