17/04/2015

Georgia Mkhlouf lauréate du prix Ulysse 2014

L'association Arte Mare, organise depuis 2001 un prix littéraire, scindé en deux catégories. Mardi soir, à la bibliothèque centrale secteur adultes, Michèle Chailley-Pompei et Martine Cometto, ont présenté le "Prix Ulysse du premier roman ou de la première traduction" qui récompense un auteur méditerranéen. L'adjectif méditerranéen étant pris dans un sens très large. Sont récompensés des auteurs des deux rives de la Méditerranée, mais aussi parfois de pays un peu plus éloignés.

 

 Georgia Makhlouf lauréate du prix Ulysse 2014
Le jury qui se réunit choisit les livres qu'il juge les plus intéressants et qui sont susceptibles de s'adresser au plus grand nombre.
Cette année aussi, c'est l'auteur Patrick Deville qui recevra le "Prix Ulysse pour l'ensemble de son œuvre".
Martine Cometto a présenté les quatre romans qui ont été choisis par le jury et le lauréat.

"Meursault, contre-enquête" de Kamel Daoud chez Actes Sud : Kamel Daoud, algérien, est journaliste au quotidien d'Oran. Ce livre vient de manquer de très peu le Prix Goncourt, mais il a été récompensé par le Prix des cinq continents de la Francophonie 2014 et le Prix François Mauriac 2014. Ce roman audacieux, c'est L'Etranger de Camus revisité. C'est la reprise d'une enquête sur le meurtre qui a été commis. Ce roman donne vie à "l'arabe" assassiné par Meursault et qui dans l'oeuvre de Camus restait anonyme.

"La main de Joseph Castorp" de Joao Ricardo Pedro : Avant la rédaction de ce premier roman, Joao Ricardo Pedro travaillait dans les Télécommunications, victime de la crise économique et licencié il s'est mis à écrire. Cet auteur portugais possède un style très particulier qui évoque les auteurs sud-américains. Ce roman, rythmé par la musique, raconte l'histoire d'une famille sur trois générations au travers de la dictature de Salazar et les guerres coloniales jusqu'à la Révolution des oeillets de 1974.

"Le grand cabaret du professeur Fabrikant" d'Yrmi Pinkus chez Grasset : Cet auteur israélien a été dessinateur et journaliste. Ce livre traite du monde Yiddish entre l'empereur François Joseph et l'extermination des juifs. Ce roman transporte le lecteur au long de cinquante années d'errances en Pologne et en Roumanie. L'auteur témoigne de son amour du théâtre yiddish en présentant des tableaux vivants. Ce livre est très humoristique mais parfois aussi très tragique.

"Les absents" de Georgia Makhlouf : Livre lauréat qui se verra décerner le Prix Ulysse de la première œuvre.  L'auteure est libanaise, elle est correspondante à Paris de L'Orient littéraire, membre fondateur et présidente d'une association libanaise pour le développement des ateliers d'écriture. Ce livre se rapproche d'une biographie ou une autobiographie, mais d'un genre très particulier. Il offre des portraits saisissants et des passages très émouvants. L'action se situe entre Beyrouth et Paris. C'est le récit d'une vie commencée par une enfance heureuse avant d'être brutalement brisée par la guerre et l'exil. Cela se fait par l'intermédiaire de portraits "d'absents" personnages qui ont croisé la narratrice à différents moments et ont disparu.
Georgia Makhlouf viendra rencontrer ses lecteurs au théâtre de Bastia le vendredi 21 novembre à 18 heures.

Le prix Ulysse à Patrick Deville pour l'ensemble de son oeuvre.

Michèle Chailley-Pompei a dépeint le parcours de Patrick Deville, récompensé par le Prix Ulysse pour l'ensemble de son oeuvre.

Si le choix s'est porté sur Patrick Deville c'est bien sûr à cause de la qualité de son écriture mais aussi parce qu'il est le portrait type de l'écrivain voyageur. Né en 1957 à Saint-Brévin-les-Pins, il a effectué des études de littérature comparée et de philosophie à l'Université de Nantes. Avant de partir à 23 ans en qualité d'Attaché Culturel dans un émirat du Golfe Persique. Plus tard il enseignera un peu partout dans le monde; il a ainsi vécu au Moyen-Orient, au Nigéria, en Algérie, puis à Cuba, en Uruguay, en Amérique Centrale.
Patrick Deville est le créateur du "Prix de la jeune littérature latino-américaine". Il est directeur littéraire de la maison des écrivains étrangers et des traducteurs à Saint-Nazaire.
De 1987 à 2000 il publiera cinq livres à l'esprit très minimaliste aux éditions de Minuit.
En 2004, il change d'éditeur. Il est alors publié aux éditions du Seuil. Il change aussi de style.

Romans parus aux éditions du Seuil :
- 2004 - Pura Vida
- 2006 - La tentation des armes à feu
- 2009 - Equatoria
- 2011 - Kampuchéa
- 2012 - Peste et choléra
- 2014 - Viva

Beaucoup d'anecdotes dans "Viva", le dernier roman de Patrick Deville dont l'action se déroule au Mexique dans les années 1920 - 1930, mais aussi des faits historiques, des rencontres, des coïncidences. Les deux figures majeures du roman sont Trotsky et Malcolm Lowry. On croise aussi Frida Khalo, Diego Rivera, Antonin Artaud, André Breton...
Patrick Deville rencontrera ses lecteurs au théâtre de Bastia le samedi 22 novembre à 17 heures. La discussion sera animée par Sébastien Lapaque, écrivain et journaliste au Figaro littéraire.